Le samedi 5 décembre, l'association Droits des Animaux et des militants anti-chasse étaient présents lors d'une chasse à courre au chevreuil en forêt de Montargis (Loiret). La presse locale (La République du Centre du 7 décembre) en rend compte : « SPECTACULAIRE OPERATION ANTI-CHASSE EN FORET MONTARGEOISE ». Ces "opérations" irritent les veneurs, mais ils savent qu'ils sont détestés depuis le Moyen-Age, et que des actions de ce type, applaudies par la population, ne font qu'exprimer le sentiment des trois quarts des Français. Les veneurs savent aussi qu'ils ne peuvent compter que sur le soutien du pouvoir : la classe aristocratique hier, "la classe politique" aujourd'hui. Ils savent encore que cela ne durera pas toujours et que leur Bastille est assiégée. Ils seraient mieux avisés de l'admettre au lieu d'insulter et de calomnier inutilement leurs adversaires. Les chasseurs ont déjà été condamnés par la Justice à 3000€ de frais pour avoir abusivement attaqué un militant antichasse. Mais ils sont riches, et pas nous. Nous trouverions plaisant qu'ils financent eux-mêmes la campagne que nous menons contre eux. C'est pourquoi ils ont été avertis, par une lettre recommandée adressée à M. de Boisguilbert, qui les représente, que les mensonges et calomnies visant à les présenter comme des "terroristes", des "tueurs de chiens", qui "injurient copieusement", etc. seront désormais poursuivies en Justice. A 3000€ l'insulte, nous pourrons envisager de renforcer nos moyens de communication.

Par ailleurs, l'action parlementaire continue. Des dizaines de députés de toutes tendances politiques se sont déjà engagés par écrit à soutenir une loi d'abolition de la chasse à courre en 2012. Un projet de loi va bientôt être proposé à tous les députés. Comme les veneurs, accoutumés aux réflexes de la meute, harcèlent les députés signataires et les soumettent à des pressions multiples, nous ne donnerons plus leur nom.

Le responsable du collectif, Armand Farrachi

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédits photos / freewebsitetemplates.com